La Ferrari du mois

Ferrari 250 GTO - la trop chère

La raison pour laquelle la Ferrari 250 GTO est la voiture la plus chère du monde n'est pas tout à fait claire. Il existe des Ferrari plus rares, des Ferrari plus réussies, et probablement aussi des Ferrari plus belles. Et pourtant.

Publié le 02.10.2021

Non, la Ferrari 250 GTO n'a jamais gagné au Mans (mais elle a souvent terminé deuxième). Ni aux 12 Heures de Sebring (mais presque), ni à aucun autre des classiques - et c'est même pitoyable quand on le compare aux autres modèles Ferrari. Oui, il y a eu de nombreuses victoires de classe (également au Mans), mais vous pouviez également les obtenir avec une 750-Abarth.

Le plan était différent. Avec la 250 GT SWB, Giotto Bizzarrini a mis au point pour Ferrari un dispositif permettant de se rendre sur le circuit, de faire le ménage sur place et de rentrer chez soi dans un état impeccable. Bizzarrini était également chargé du développement de la GTO - Gran Turismo Omologato - mais il a dû partir (ou a voulu partir). Mauro Forghieri et le carrossier Scaglietti ont pris le relais.

Les changements optiques concernent principalement l'avant ; à l'arrière, la Ferrari 250 GTO devient plus longue et plus large. Bizzarrini avait suggéré les améliorations après des tests dans la soufflerie de Pise, mais n'était plus autorisé à les réaliser. Enzo Ferrari aimait à dire : "L'aérodynamique est nécessaire à ceux qui ne peuvent pas construire un moteur décent". Le moteur était déjà disponible, le V12 Colombo de 3 litres (Tipo 168/62), il provenait de la 250 Testa Rossa et produisait 300 ch.

La Ferrari 250 GTO est l'enfant de Giotto Bizzarrini.

Plus important encore, l'essieu arrière rigide n'était plus sur des ressorts à lames mais sur des bras parallèles (et une tringlerie Watt). Un autre changement que Giotto Bizzarrini avait introduit. Et c'était nécessaire, la Ferrari 250 GTO est montée jusqu'à 280 km/h. 

35 unités de la GTO ont été construites au total (plus un prototype, #2053GT), dont 29 en 1962/63 avec le moteur 3 litres (et trois avec le 4 litres, qui devrait alors s'appeler en réalité la 330 GTO). En 1964, il y a eu une deuxième série avec un nouveau design, à nouveau trois pièces (et quatre voitures de la première série ont été habillées à nouveau). Toutes ces voitures existent encore (à l'exception de la #2053GT) - et toutes sont "étonnamment" "matching number", c'est-à-dire avec le moteur d'origine.

La voiture que nous montrons ici, numéro de châssis #3451GT, a également le moteur d'origine. Eh bien, encore une fois, parce que pendant quelques années le moteur de #3769GT était sous le long capot. En 1969, un certain Jean-Claude Bajol, de Toulouse, a acheté la voiture ; on dit qu'il a parcouru environ 300 000 kilomètres avec elle au cours des 27 années suivantes. En 1996, Lawrence Stroll a acheté la voiture, le moteur a été échangé une nouvelle fois avec la #3769, et en 2012, la Ferrari 250 GTO a également retrouvé la livrée avec laquelle elle avait participé à la Targa Florio 1962 (et remporté la classe avec Ferraro/Scarlatti).

Vu à Villa d'Este

Il était juste là, sur le bord de la route, ce week-end à Villa d'Este. La Ferrari 250 GTO a été amenée au lac de Côme par Simon Kidston - qui a également tourné une belle vidéo avec la #86. Il n'y a pas grand-chose à ajouter. Sauf peut-être nos autres "Ferrari du mois" : Ferrari 250 GT Cabriolet.

Texte/Photos: Peter Ruch

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :


Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.