Déjà conduit

Alfa Romeo Tonale - hey, Alexa

Alfa Romeo offre cinq ans de garantie aux acheteurs de Tonale. Et fait du SUV compact un NFT, chaque exemplaire devenant une pièce unique et incomparable. On ne s'attendait pas à ces deux choses de la part des Italiens. D'autres, si.

Publié le 05.05.2022

Nous ne voulons même pas commencer à compter le nombre de victoires de classe remportées par Alfa Romeo lors des Mille Miglia. Mais l'une des victoires les plus extraordinaires a certainement été remportée en 1952 par une Alfa Romeo dans la catégorie "véhicules militaires". Avec 42 minutes d'avance sur une Fiat. Nous ne savons pas si d'autres concurrents étaient de la partie, mais une victoire est une victoire. Le surnom de "Matta", la folle, n'a pas été donné à l'Alfa Romeo avec la désignation interne AR51 parce qu'elle déclassait la Fiat, mais par le patron d'Alfa Romeo de l'époque, Antonio Alessio, lorsqu'il a vu pour la première fois ce que l'AR51 pouvait faire non seulement sur la route, mais aussi et surtout en tout-terrain.

Pas de chance

Il y avait une raison à tout cela : après la Seconde Guerre mondiale, il y avait certes encore beaucoup de Willy's Jeep en Italie, mais le ministère de la Défense voulait quand même avoir son propre véhicule tout-terrain, un véhicule italien. La commande a fait l'objet d'un appel d'offres et Alfa a relevé le défi. Giuseppe Busso, le grand manitou, se procura un Land Rover, jugé supérieur à la Jeep, et y installa un moteur Alfa de 1,9 litre à deux arbres à cames en tête et 65 chevaux. Reste à savoir si cela convenait vraiment, ce petit orgue de barbarie dans un véhicule tout-terrain qui a plutôt besoin de couple venant du sous-sol. Puis il y eut encore quelques modifications du design, et tout allait bien en avril 1951.

Ou pas : car le responsable de l'armée, le colonel Garbani, n'était pas satisfait. On a donc doté l'Alfa d'une nouvelle suspension à roues indépendantes à l'avant, d'un nouvel essieu rigide à l'arrière, de freins à tambour tout autour - et d'un tout nouveau design. Le 5 octobre 1951, le colonel était satisfait, mais la grosse commande fut tout de même attribuée à Fiat et à sa Campagnola. Celle qu'Alfa Romeo avait déjà déclassée aux Mille Miglia au printemps et sans le moindre développement.

La chaîne de blocs ?

Cette brève incursion dans l'histoire n'a pas pour but d'élever Alfa Romeo au rang de marque dotée d'une sérieuse compétence en matière de véhicules tout-terrain. Ce n'est d'ailleurs pas nécessaire dans le contexte d'un SUV compact, les pires saletés que l'on fait subir aux véhicules de ce segment proviennent le plus souvent de chiens de poche de centre-ville gâtés. De plus, avec le Stelvio, les Italiens ont prouvé dans un passé plus proche que l'AR51 qu'ils étaient tout à fait capables de produire des SUV, même si les chiffres de vente de ces derniers ne sont pas aussi brillants que ce que l'on espérait probablement chez FCA (devenu entre-temps Stellantis). Mais "Matta", cette folie, convient d'une certaine manière au dernier-né des Milanais. Mais dans ce cas, jeune est relatif : la toute nouvelle Tonale repose sur une plateforme qui sert au groupe depuis 17 ans déjà, entre autres pour la Jeep Compass. La nouvelle plateforme STLA n'arrivera que l'année prochaine. Ce qui répond d'emblée à la question de savoir s'il existe une Tonale entièrement électrique, et ce par "oui" : Non.

Il ne faut donc pas s'attendre à des difficultés de démarrage ou à des maladies infantiles avec cette base éprouvée. C'est sans doute pour cette raison qu'Alfa Romeo offre une garantie de cinq ans sur son nouveau produit, construit dans le sud de l'Italie. Cinq ans ! Les Italiens sont presque à la hauteur de certains Coréens - et ce n'était pas vraiment attendu. Mais les Italiens tiennent vraiment à se débarrasser de l'image de non-fiabilité qui leur colle à la peau depuis l'Alfasud. Car ils pensent avoir identifié la Giulia et le Stelvio comme étant la racine de tous les maux de la vente, la Tonale ne doit pas subir le même sort.

Et Alfa Romeo en rajoute une couche : NFT. Chaque Tonale devient un "non-fungible token", c'est-à-dire un "objet numérique non interchangeable". Dans ce "brave new world", on connaissait jusqu'à présent cette pratique surtout pour les œuvres d'art numériques, qui restent uniques et inaltérables. Dans le cas de l'automobile, cette technologie de la blockchain, qui permet d'enregistrer l'histoire de chaque véhicule depuis le premier coup de main dans la production jusqu'à chaque sortie, chaque ravitaillement en carburant, chaque service, en passant par les subtilités de la configuration, n'était également qu'une question de temps. Mais on l'aurait sans doute plus attendu de Bugatti ou de Koenigsegg que d'Alfa Romeo.

Mais il y a certainement de bonnes raisons pour que l'"historique" de chaque Tonale soit enregistré. En tant qu'acheteur d'une Tonale d'occasion, on peut ainsi s'assurer que tous les travaux d'entretien ont été effectués correctement, que le véhicule n'a pas eu d'accident et que le kilométrage indiqué correspond bien à la réalité. Alfa Romeo nous expliquera ensuite ce qu'il en est de la protection des données. Bientôt, car l'"Edizione Speziale" arrive sur le marché ces jours-ci.

Un grand coffre

Et elle arrive : rapide. La motorisation de pointe est (pour l'instant) une hybride plug-in, dans laquelle un moteur à essence de 1,3 litre et 180 ch prend le relais à l'avant, tandis qu'un moteur électrique de 90 kW assure une propulsion supplémentaire à l'arrière. La puissance du système s'élève ainsi à 275 ch, un convertisseur Torque à 6 rapports peut répartir la force de manière très ciblée sur les quatre roues. L'autonomie en mode purement électrique est de 80 kilomètres grâce à une batterie de 15,5 kWh, mais pour l'instant, elle ne peut être rechargée qu'avec une puissance maximale de 7,4 kW. En outre, il existe en Europe un moteur à essence mild hybrid de 1,5 litre, proposé avec 130 et 160 ch et qui, grâce au système de bord 48V, peut parcourir quelques mètres uniquement à l'électricité. Ce qui est passionnant, c'est qu'il existe également un diesel de 130 ch pour certains marchés - et, uniquement pour l'Amérique, un moteur à essence pur de 255 ch, qui sera sans doute nettement plus léger que le PHEV. Le temps de sprint de 0 à 100 km/h indiqué sur le papier est de 6,2 secondes. Quant à savoir si une version Quadrifoglio suivra, les commentateurs des forums spécialisés sur Internet ne sont pas encore unanimes à ce sujet. Mais Alfa Romeo ne le nie pas non plus.

Puisque nous en sommes aux chiffres, la Tonale mesure 4,53 mètres de long, 1,84 mètre de large et 1,60 mètre de haut. Elle est donc étonnamment proche du Stelvio, qui mesure 4,68 mètres. Avec un empattement de 2,63 mètres, on peut s'attendre à un bon espace intérieur, et cela se confirme lors d'un premier essai. Même à l'arrière. Avec 500 litres, le coffre est en outre plus grand que la moyenne dans ce segment. Ce n'est pas non plus ce que l'on attend d'une Alfa Romeo.

Mais ce qui est encore plus important, c'est l'approche directe du passé glorieux. Ainsi, le centre d'information situé directement devant le volant est certes entièrement numérique pour la première fois dans une Alfa Romeo, mais son design s'inspire fortement du célèbre "cannocchiale" des années 60. Les jantes à cinq trous (en option), le "trilobo" flottant, c'est-à-dire la calandre, les feux avant qui veulent rappeler la SZ et la ligne de toit dans le style de la Giulia Bertone sont d'autres exemples de citations que les Italiens ont plus à offrir que d'autres marques. Il va donc de soi que la Tonale, qui est restée très proche de l'étude présentée au salon de Genève en 2019, fait partie des SUV les plus élégants. Il y a beaucoup de jolis détails, en plus de tout le romantisme rétro, comme les feux arrière avec leur signature lumineuse exceptionnelle.

Pas une bonne affaire

En outre, les Italiens promettent une dynamique de conduite qui tient plus de l'Alfa que du SUV. Des jambes McPherson tout autour témoignent d'un effort qui n'est pas fait partout, la répartition du poids du PHEV est de 52:48, ce qui est réjouissant pour ce type de propulsion alternative ; la filiale premium de Stellantis ne donne malheureusement pas encore de poids total (pour les deux hybrides, il est de 1,6 tonne).

Jusqu'à présent, nous n'avons pu conduire que le cheval 160. C'est d'ailleurs le seul modèle disponible jusqu'à nouvel ordre. On peut très bien s'en accommoder, avec le boost électrique, l'italienne avance très bien, surtout si l'on choisit le mode de conduite Dynamic. L'Alfa est alors aussi un peu sportive - ce que l'on est en droit d'attendre de cette marque, nous semble-t-il. En fait, cette Alfa ne ressemble pas du tout à une Alfa. Mais elle dispose d'une excellente direction - ce qui la place à part parmi les SUV un peu compacts. Quant à savoir si cela signifie déjà quelque chose comme le plaisir de conduire : eh bien, non.

L'équipement est bien sûr premium, avec tout ce qu'il faut en matière d'infodivertissement et de connectivité - hé, Alexa ! - et des assistants de sécurité modernes, ce qui est apparemment nécessaire de nos jours. Niveau 2 pour la conduite autonome. Mais malheureusement pas de déverrouillage à distance pour la banquette arrière, qui n'est malheureusement rabattable qu'en deux parties. Avec tous les efforts déployés pour transformer l'automobile en smartphone mobile, ce genre de détail peut parfois être oublié.

L'Alfa Romeo Tonale semble donc avoir reçu quelques-uns des ingrédients nécessaires à son succès. Mais comme le monde de l'automobile n'est pas fait que d'Alfistes, le prix sera aussi un élément important. Et là, les 48'900 francs au minimum pour l'"Edizone Speziale", très bien équipée il est vrai, ne nous semblent pas vraiment une bonne affaire. Les prix de la "Matta" décrite au début sont d'ailleurs encore relativement raisonnables, mais il est difficile de mettre la main sur un bon exemplaire.

Texte: Peter Ruch

Photos: Alfa Romeo

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.